COMMENT NIQUER GRÂCE À TINDER


tinder png

Véritable phénomène de société, serait ce que LeMonde.fr dirait, mais ici pas de langue de bois. Donc : véritable merde chronophage pour gens moches et désespérés, Tinder s’est imposé comme une appli cool et décomplexée. Ses utilisateurs n’ont plus honte d’être en chien. Super ! Mais concrètement, comment on fait pour que ça marche ?

Si vous êtes une fille, il suffit d’installer l’application. Pour les mecs, c’est plus complexe.

Tu en avais marre de brancher en boîte des moules pas fraîches en espérant trouver la perle rare. Sache tout d’abord que les perles se trouvent dans les huîtres, connard. Alors après tant d’échecs, tu t’es enfin décidé à essayer l’appli que tous tes potes utilisent depuis des mois. Le fameux Tinder. Tu fais une description honnête, deux petites photos, et c’est parti ! Tu n’as jamais compris pourquoi les mecs mettent des Like en rafale à toutes les meufs sans même regarder leur profil. Ne t’en fais, tu vas comprendre. Mais pour l’instant, te croyant meilleur qu’eux (je te rappelle que tu viens d’installer une appli de losers, remets toi en question bordel) tu te promets d’analyser chaque profil pour trouver la femme de ta vie.

Après donc plus de trois heures passées dessus et une productivité en forte baisse à ton travail, tu as épuisé ton stock de Like du jour. Mais ça valait le coup apparemment : tu as cette superbe bombasse latina qui vient de t’écrire. Elle s’est contentée d’un « Coucou », la salope ! Tu fonces sur son profil pour te remémorer qui elle est, et là bingo, c’était ta préférée ! Elle adore « voyager et faire la fête ». Ça tombe à pic, cet été tu es parti en voyage à Ploumanach dans un charmant camping deux étoiles, et niveau fête autant dire de suite que tu as retourné le bungalow plus d’une fois avec toutes ces parties de Twister. T’auras qu’à lui parler de ça en premier pour briser la glace, ça devrait l’impressionner. Mais à peine lui as-tu dit bonjour que cette beauté ambrée te sort un joli discours : « Je suis très coquine, et j’ai toujours voulu le faire avec des inconnus, c’est ce qui m’excite le plus. Si tu es intéressé rejoins moi sur ce site… » Et là, soit tu es totalement con (ou vraiment très en chien) et tu vas sur le site, t’inscris, t’abonne à 30€/mois à vie sans jamais pouvoir résilier, et te rends compte que ta princesse n’y est pas, c’est juste un site de rencontre de merde ; soit tu réalises que tout ceci n’était qu’un mirage, et que c’est un faux profil qui t’a envoyé un spam pour qu’un paumé lâche son fric. Non mais regarde toi, tu croyais vraiment qu’une beauté pareille serait intéressée par ta photo à La Rochelle sur ton paddle ? C’est un sport de merde putain ! Si tu veux faire rêver, fais de la Formule 1, et si tu peux pas, ferme ta gueule.

russe

Exemple de photo à ne pas mettre

Après quelques jours, tu arrives facilement à discerner les faux profils : outre le fait que ça soit des bombes atomiques quasiment à poil, elles ont toutes trois photos, uniquement TROIS, et une description souvent chelou style « Je cherche un homme bien ». Donc tu les zappes afin de garder tes Like pour des vraies filles qui, elles, ne t’écrivent pas. Et alors que tu commençais à désespérer, une fille pas top t’envoie un petit bonjour ! Tu t’empresses de lui sortir ton plus beau discours lorsqu’elle te répond : « Je suis très coquine et … » OH LES BÂTARDS ILS PRENNENT MÊME DES PHOTOS DE MOCHES !!! Faut avouer qu’ils sont forts, il doit y en avoir du péquenaud qui se fait entuber par ces spams.

Il est temps de changer les choses : nouvelle description très hypocrite, et nouvelles photos plus floues, plus lointaines, en fait moins on te voit, mieux c’est. La ligne est lancée, et un jour la morue mord à l’hameçon. Ne t’attends pas à une dorade royale, vu tes photos tu n’intéresseras que des thons. Mais au moins c’est des vrais êtres humains et pas ces putain de robots sur qui tu ne cessais de tomber. Alors tu engages une conversation, tout se passe bien jusqu’à ce qu’elle cesse de répondre, après tout elle a le droit d’avoir une vie, tout le monde n’est pas comme toi. Le lendemain tu tentes de relancer le truc, mais rien n’y fait, cette grosse pétasse ne te répond plus ! Elle vient de piétiner le peu de dignité qui te restait. Du coup, tu cesses de te faire chier à regarder les profils, tu mets Like à tout le monde. Pourquoi perdre des heures puisque ça ne mène à rien ? Tu as enfin compris pourquoi tes potes faisaient ça. Le résultat est sensiblement le même de toute façon. Et quand tu peux, tu t’amuses à insulter les robots et leur spam. C’est déjà ça…

Tu as désormais réalisé que Tinder, à l’image de ses faux profils, n’est qu’un mirage. Tu vois au loin une promesse de sexe facile, mais tu peux marcher des siècles sans jamais t’en approcher. Tu croyais que tu aurais enfin droit à la fête du slip une fois par semaine, mais réveille toi. Tu es une merde dans la vraie vie, y a aucune raison que tu ne sois pas une merde virtuelle. Alors retourne à la pêche aux moules en boîte, quitte à se faire rembarrer autant que ça soit en faisant la fête.


Par besoin de coller au titre racoleur de cet article, je vous livre en exclusivité l’interview d’une vraie beauté de mon entourage qui utilise Tinder (seul son nom a été remplacé pour préserver son anonymat). Témoignage garanti 100% authentique, alors prenez des notes les puceaux !

1443387369339

Jada Stevens cachée derrière un gros point d’interrogation

Moi : Bonjour Jada Stevens. Pourrais-tu nous dire ce qu’un mec doit faire sur Tinder pour te taper dans l’oeil.

Jada Stevens : Plutôt ce qu’il ne doit pas faire. Pas mettre de description trop longue ou trop bateau, ou de citation. Pas mettre de photo genre drôle, c’est pourri. Pas mettre la photo « Je suis Charlie », c’est pire que tout. Pas de photo de son chien, chat, ou tortue. Je m’en branle. Les trop sportifs ça me gonfle aussi, genre en photo sur leur kitesurf là, dégueux.

Moi : Mais alors qu’est-ce qui te plait ?

Jada Stevens : C’est plus du feeling. Le mec est mignon, il a des photos sympas qui montrent qu’il a un univers cool genre skate, ou des musiques qu’on a en intérêt commun sur Facebook. Mais c’est pourri Tinder, au final tu vas t’attarder au moindre détail parce que tu peux te rattacher qu’à ça. C’est superficiel.

Moi : Ça t’est déjà arrivé d’avoir un match avec quelqu’un qui ne te plait pas plus que ça ?

Jada Stevens : Oui, une fois j’ai eu un match avec un mec pas top physiquement. Mais on avait 30 Like en commun d’artistes hip-hop.

Moi : Et que s’est-il passé ?

Jada Stevens : Je lui ai pas répondu.

Moi : Et les fois où il y a une conversation, comment ça se passe ?

Jada Stevens : Une fois j’ai grave parlé à un mec. Il avait juste une photo de face avec sa barbe et une autre en moto sous un casque. Sa description c’était « barbe soyeuse, poil doux » un truc dans le genre. J’ai trouvé ça drôle. Je lui ai demandé si sa barbe était moelleuse comme le plaid Alinéa qui est trop moelleux, en précisant que j’adorais le mot moelleux. Du coup la conversation était improbable, on parlait de moelleux, c’était rigolo, on racontait vraiment n’importe quoi. J’aime bien quand ça part comme ça, c’est mieux que « Salut ça va ». J’aime quand c’est original et détendu.

Moi : Y a-t-il eu des allusions au sexe ?

Jada Stevens : Non aucune.

Moi : Vous vous êtes rencontrés ?

Jada Stevens : Beh du coup pour le premier rendez-vous il m’avait proposé d’aller à Alinéa, pour choisir le plaid le plus moelleux. J’avais trouvé ça cool. Mais je suis une vraie stalker, et j’ai d’abord fait mes recherches sur Facebook. C’était très dur car il était sur Marseille que depuis 6 mois, aucun ami commun, pas de nom de famille. J’ai mis du temps mais j’ai trouvé. Et là, je suis tombée sur une photo avec sa mère voilée, son frère et lui en djellaba, ça m’a bloquée de ouf !

Moi : Tu es quand même allée au rendez-vous ?

Jada Stevens : Non. Je suis partie en Thaïlande et j’ai arrêté de lui écrire.


www.sodosopa.fr le site qui interviewe des lâches.



Mets un commentaire si t'en as une grosse.