FEAR THE WALKING DEAD BEFORE YOU DIE AND EAT YOUR STEP FAMILY OF ASSHOLES


fear the walking dead poster

Comme son nom l’indique, Fear The Walking Dead est une série destinée à ceux qui ont peur de regarder The Walking Dead tellement c’est de la merde. Ce spin-off se déroulant avant la série de base, et très loin de tous ses enculés de personnages d’origine, je me suis dit que je pouvais me laisser tenter par sa première saison de six épisodes. Après tout, Robert Kirkman est derrière le projet, et puisque ses BD sont si cool, y a pas de raison que ça soit ignoble. Zéro spoiler.

On est tout de suite ravi de découvrir que le scénario débute avant qu’ait commencé l’épidémie de bouffage d’êtres vivants par des êtres en moins grande forme. C’est toujours bien de voir le début des grandes catastrophes, comment tout a commencé. Que ça soit le personnel d’Umbrella Corporation dans le Hive, ou des jeunes sans prétention dans la première saison de Loft Story, les gens étaient loin de se douter que quelques années plus tard, le monde deviendrait un ramassis d’êtres infâmes.

Cette fois, les auteurs ont décidé de suivre une famille recomposée. Probablement car ça permet de faire plus d’intrigues qu’avec juste un connard et son chiard. Le père est une sorte de Mohinder Suresh chiant (1,2 milliard d’Indiens, il ne faut pas négliger les droits TV à l’international) même s’il fait un peu juif aussi (voir la petite parenthèse à son sujet en fin d’article), et la mère une espèce de Patricia Arquette bon marché (sûrement pour conquérir la dizaine de fans de Medium). Du coup, on se rabat volontiers sur les enfants. Bon, le fils du vendeur de marrons chauds est une merde (les chats font pas des chiens, ils chient juste dans une litière en faisant du bruit pendant une heure). En revanche la fille de Medium est trop bonne, celle qui l’interprète a 22 ans et son personnage est supposé être au lycée. Elle a peut-être redoublé un paquet de fois, mais on s’en branle (dans les deux sens du terme). Son frère est super cool aussi, c’est un petit junky comme on les aime, avec une bonne bouille façon Nathan de Misfits.

fear the walking dead family

Il manque le fils du mec sur cette photo de famille, certainement car tout le monde le hait

Voilà, on se doute bien qu’on va pas s’astiquer sur leur vie de famille toute la première saison, donc les ennuis commencent, mais devant l’incroyable les gens n’y croient pas, du grand classique. Je suis pas là non plus pour raconter tout ce qui se passe, juste pour partager ma vision des choses de façon subjective.
J’ai remarqué le choix de photographie bien baveux et lumineux façon NCIS. Je n’ai, à ce jour, toujours pas compris son intérêt. Surtout que ça n’est pas flagrant sur chaque plan. Ma seule hypothèse pas trop bancale est qu’ils nous foutent cette merde à gueule pour l’instant, et quand ça sera l’apocalypse totale ils la remplaceront par un truc plus dark, plus crade. Mais dans l’absolu ce n’est pas dérangeant.

Ce qui me dérange vraiment, c’est qu’à chaque fois que je veux que la série me mène quelque part, elle se débrouille pour me diriger ailleurs. Sauf qu’elle me porte souvent là où je ne m’y attendais pas. Et ça c’est plutôt une bonne chose. Parfois on regarde un film dont on attend beaucoup et finalement tout est convenu d’avance (j’ai jamais dit que Drive c’était de la merde, mais oui c’est de la merde). Des fois, on prend plaisir à voir un film convenu d’avance (on sait très bien que le Joker va perdre à la fin, mais c’était jouissif malgré tout). Et avec ce spin-off, on s’attend à prendre du plaisir avec du convenu d’avance, et beh non. A aucun moment il n’essaie d’imiter son grand frère TWD, et en fin de compte on prend du plaisir en étant surpris que ça ne soit pas comme on voudrait.

Ayant fini la saison un, je la recommande à ceux qui aiment TWD et surtout à ceux qui détestent.

En espérant que dans la saison 2 ça ne devienne pas chiant comme TWD. À passer des épisodes entiers à regarder les gens se disputer pour savoir qui fait la vaisselle. Cette série de merde où Michonne ne s’est pas faite violer, où Rick a toujours sa main et son bébé, et où son fils a toujours son oeil… Ce qui est génial dans la BD c’est que tout peut arriver, façon Game Of Thrones, y a pas de règle. TWD n’a pas osé aller sur ce chemin-là, pourvu que FTWD y aille.

Conclusion : à regarder le lundi soir. De toute façon y a rien de mieux à voir le lundi soir.


PETITE PARENTHESE

escobar

Après une brève recherche sur le web, il se trouve que ce con de Mohinder a joué le rôle de Pablo Escobar dans Blow. Je me souviens qu’il fait seulement une petite apparition, mais ce connard peut jouer n’importe qui apparemment. Que ce soit le métisse noir-blanc vendeur de burgers, le latino vendeur de tacos, l’arabe vendeur de kebabs, l’Indien vendeur de marrons, ou même le juif vendeur de tapis. Dommage qu’il ne sache pas nous vendre du rêve, c’était le seul truc qu’on lui demandait au cinéma.


Article écrit en période creuse le lundi (plus de Breaking Bad ni de Boardwalk Empire ni de Game of Thrones). Faute de grive…

Mets un commentaire si t'en as une grosse.