COMMENT SYMPATHISER AVEC DES BÂTARDS


repas

Dans un monde parfait, la paix régnerait sur la Terre, on aurait éradiqué les maladies et Anne Roumanoff, ma meuf serait Nikita Bellucci, et on ne serait pas amené à devoir sympathiser avec des connards lors d’une soirée.

Malheureusement la vie est aussi injuste que ce que Nikita est loin de ma teub. Mais voici tout de même quelques conseils pratiques qui t’aideront à rester fréquentable lorsque tu rencontres en soirée un invité du même sexe (que tu n’as pas spécialement envie de connaître, du style un pote de classe de ta meuf, ou le mec de sa meilleure amie, ou n’importe quel autre enculé dont tu te branles royalement mais que tu vas devoir te farcir).


Le beauf

beauf

Risque : passer pour un mec condescendant devant les autres convives

Stratégie : jouer son jeu

Il ne parle que de bière et de foot. A priori ça te semble surmontable, puisqu’en tant que mec, tu aimes le sport et l’alcool (même si tu es plus porté sur le cyclisme et le Martini, mais on n’y peut rien si t’es une baltringue). Mais attention, il va vite te parler de joueurs de Ligue 2 dont tu ignorais l’existence car tu t’en bats la race. Et là tu risques de passer pour un con de Footix. Alors pas de panique, fais genre tu vois de quoi il parle, tout en cherchant sur YouTube un best of des gestes techniques de Neymar, et fous lui à la gueule avant qu’il ait fini sa phrase. Il a déjà vu cette vidéo dix fois, mais il la regardera une onzième fois avec plaisir.

Attention aussi au sujet des bières. Il va te demander quelle est ta bière préférée, mais en fait il s’en tape. Tout ce qu’il attend, c’est que tu répondes Heineken. Comme ça il pourra te dire que c’est une marque commerciale, et il t’aspergera la tronche de sa culture inutile en te parlant d’une bière Flammande underground dont il raffole. Alors réponds plutôt «J’ai pas vraiment de préférence, tant que je peux en boire des litres.» Etant lui-même soûlard, il appréciera.

Le tour est joué, maintenant que vous êtes potes, tu vas t’éclater à ses soirées tunning à Plan de Campagne.


Le working man

working man
Risque : te faire ridiculiser comme une merdasse

Stratégie : le laisser parler

Sorti tout droit de HEC, tu peux être sûr qu’il va te parler de ton job. Et comme à Pôle Emploi, tu y es si souvent que les gens pensent que tu fais partie du personnel, il faut que tu saches quoi lui dire pour ne pas passer pour le raté que tu es. À la question «Et toi alors, tu fais quoi dans la vie ?» ne lui dis jamais que ta mission consiste à t’actualiser tous les mois. Dis plutôt que tu fais de l’intérim avant de partir à l’étranger, ça parait ambitieux tout en restant vague. Il va quand même te demander dans quelle branche tu es : ne lui fais pas de blague en rapport avec un arbre, c’est de la merde. Sors-lui quelque chose dont tu es sûr qu’il n’y connait rien : décoration d’intérieur, physique quantique, étude du Taoïsme… Si tu sens que ça peut passer, libre à toi de mélanger les trois en disant que tu fais de la décoration quantique du Taoïsme (c’est pas parce qu’il était premier de sa promo qu’il peut pas être dernier des cons). Puis retourne-lui la question. Et là, c’est parti pour toute sa success story. Il va déblatérer son cursus scolaire, ses stages, son travail, ses projets d’avenir. Souris sans broncher et sache que ces gens-là ont tous un gros point faible : leur meuf. Car pour être attirée par un trou du cul comme lui, faut vraiment être une chieuse finie. Alors laisse son discours se poursuivre tout en imaginant ce futur PDG d’Orange faire les courses avec sa petite amie, ça a l’air marrant.

Super, il pense maintenant te compter parmi ses admirateurs. Alors que le seul truc que tu admires chez lui, c’est sa capacité à vivre avec un étau autour de ses couilles. Étau que sa copine resserre lentement, jour après jour, jusqu’à qu’il finisse castré comme le sale bâtard qu’il est.


Le kéké

keke

Risque : te faire casser la gueule

Stratégie : le remettre à sa place proprement

Il ne vit que pour la musculation. Autant dire qu’avec ton physique de leucémique, tu ne fais pas le poids. Idem si t’es un gros porc. Dans tous les cas, il va très rapidement te conseiller un régime spécial et un entrainement intensif. Là, il n’y a pas 36 solutions : sors lui ton plus beau «Va niquer ta mère.» Ça peut paraître violent, c’est vrai, mais l’effet de surprise joue en ta faveur. Il ne saura pas si tu plaisantes, si tu es ivre, ou si tu as juste d’énormes couilles.

Il voudra donc changer de sujet et parlera du dernier film qu’il a vu. Parler de cinéma avec lui se résume à Fast and Furious (ou Taxi s’il est kéké ascendant beauf). Ne te laisse pas emporter en l’insultant encore, tu risquerais de t’en prendre une dans la bouche cette fois. Dis-lui «Ouais c’est sympa, mais ça vaut pas les films d’action d’avant, comme un bon vieux True Lies.» Soit il l’a vu et sera charmé par ta référence old school, soit il ne connait pas (ce chef d’œuvre du cinéma d’action des années 90 que tout le monde devrait connaître par cœur) et quittera la pièce pour aller bouffer son shaker de protéines.

Chapeau, tu as su prendre l’avantage psychologique sur plus fort que toi, tu viens de gagner un garde du corps.


Le bobo

bobo

Risque : lui casser la gueule

Stratégie : affirmer sa domination

Que l’on peut aisément mettre dans le même sac à merde que l’intello, le bobo est en fac de philo (ou socio, ou psycho, bref une fac où on fume des gros pétards de beuh). Il a une dégaine dégueulasse avec de multiples superpositions de vêtements, roule ses propres cigarettes car ça lui permet d’économiser 1€ facile par semaine, et te parle politique alors que t’as rien demandé. Parfois même de ton job (mais lui c’est plus pour la théorie étant donné qu’il n’a jamais travaillé et n’est pas prêt de commencer). Il ne faut surtout pas l’insulter. Ça serait lui prouver que tu es con. Il dirait que «La violence verbale est l’arme des faibles d’esprit, tandis que le dialogue permet en démocratie de s’élever dans le dogme de…» on s’en bat les couilles de toute façon tu l’écoutes pas.

Tu as l’avantage sur lui, montre-lui qui est le patron. Essaie d’abord de savoir si ça paye bien le métier de philosophe. S’il dit qu’il ne fait pas ça pour l’argent, demande-lui si c’est plus pour influencer des chefs d’Etat à faire la guerre. Il s’empressera de critiquer BHL, tout en refusant d’avouer qu’il aimerait bien avoir la même carrière. Il commence à être déstabilisé.

Ensuite, va plutôt sur un sujet qui lui tient à cœur, comme les Roms en France. Ne commence pas à lui dire que lorsque tu vois un Rom au feu rouge, tu mets le refrain de Wesh Morray à fond pour qu’il ne s’approche pas de ta caisse. OK c’est marrant, mais il risque de te sortir toute une thèse sur les conditions de vie déplorables de ces laveurs de pare-brise. Alors joue plutôt son jeu en lui proposant ta tente de camping Quechua, afin qu’il puisse accueillir dans son jardin ou son salon une famille de voleurs d’organes. Là il ne tient plus droit et, pour ne pas tomber, il restera sur des thèmes qu’il maîtrise mieux comme Platon ou Socrate, bref des sujets de pédales.

Excellent, il sait à présent qu’il ne faut pas venir te chercher des poux (alors qu’il en a déjà sûrement dans ses espèces de serpents morts qui lui servent de cheveux).


Le nerd

nerd

Risque : se faire chier à en mourir

Stratégie : rester distant

Il est discret, et contrairement aux autres il ne cherche pas à parler de lui, tu penses donc que vous pourriez vous entendre. Faux ! Tout ce que tu vas lui dire ne l’intéressera pas, du coup tu vas vouloir aller sur son terrain, et là c’est le drame. Tu pensais t’y connaître un minimum en informatique, mais tu te rends compte que t’es une brèle lorsqu’il t’explique que coder en Python c’est pour les noobs. Peu importe le téléphone que tu auras, il le dénigrera (ne surtout pas avoir d’iPhone, ça serait lui faciliter la tâche). Et si tu veux parler séries TV, il te sortira des mangas à dormir dehors sous la pluie.

Mais alors que faire ? Le mieux est de ne jamais lui parler, puisqu’il ne viendra pas t’emmerder de lui-même. Et lorsque tu seras à distance raisonnable pour qu’il t’entende sans penser que tu t’adresses à lui, marmonne une phrase du style «Je me demande jusqu’à combien je peux overclocker le dernier i7 6700K.» Tu sais pas ce que tu viens de dire mais on s’en fout, cet enfoiré a très bien compris et connait même la réponse (4,8 Ghz, MAIS ON S’EN TAPE PUTAIN).

Bravo, tu t’es mis dans la poche cette pute d’autiste sans même lui parler, tu es apte à déchiffrer le Code Mercury.


Le hipster

hipster

Risque : ne plus être invité

Stratégie : accepter la défaite

Il te débecte tellement que tu l’as tout de suite repéré. Espèce de bobo allégé de son cerveau, le hipster est le mec cool car il fait tout pour l’être. Ça va être difficile face à lui car, depuis qu’ils ont vu un arriviste dans G.Q. avec la même dégaine, tous les invités le badent. Le seul truc envisageable est de le démasquer : prouve qu’il n’est qu’une copie du mec en page 7, sorte de bucheron fan d’Hercule Poirot.

Mais pour te permettre ça, il faut toi-même que tu sois cool. Et on sait bien que c’est pas le cas, sinon tu ne serais pas en train de lire cet article. Alors accepte de perdre, tu as réussi face à tant d’autres connards, il fallait bien que tu passes pour un gland un jour ou l’autre. C’est pas grave petit, sois fier de ton parcours.


Le bâtard

miroir

Risque : être manipulé, rabaissé, mentalement violé

Stratégie : rien de spécial à faire

Celui-ci ne se décrit pas. Le bâtard ne s’invente pas. Raclure de la pire espèce, il te vomit dessus dès qu’il peut. Tu vas bien t’entendre avec lui. Nulle stratégie nécessaire, sois toi-même.

Le bâtard, c’est toi.


www.sodosopa.fr tient à rassurer toute la communauté de Roms qui nous lit que nous n’avons rien contre eux (comme si ces connards savaient lire LOOOOL).

Mets un commentaire si t'en as une grosse.