POURQUOI DES GENS SE LÈVENT AVANT QUE LE TRAIN SOIT ARRIVÉ


Qui sont ces gens si pressés de sortir du wagon qu’ils se lèvent bien avant leur arrêt ? Sodosopa.fr ne tombera pas dans la facilité en les traitant de gros enculés ridicules, mais n’en pense pas moins. Enquête sur ce fléau des transports en commun.

Citron pressé


Ce matin, tu as pris le train pour Paris. Bon, on va zapper les chiards qui ont pas arrêté de gueuler et leur mère la pute qui les laissait faire ; le mec à côté de toi qui puait de la gueule et qui t’envoyait chacune de ses respirations en plein dans tes narines ; et l’absence cruciale de prise murale qui t’a pourri les deux tiers du trajet car tout le monde sait que les smartphones actuels marchent sur secteur. Non, un Marseille-Paris en TGV mérite largement son article tant il s’y passe des choses palpitantes. Ici, on va se consacrer à la dernière partie du voyage. Le moment où quelques personnes se sont levées, ont ramassé leurs affaires, et ont attendu devant la porte du train. Là, tu t’es dit « Chouette, on est arrivé ! » Alors déjà, arrête de dire chouette ça fait vraiment gamin. Le seul qui dit ça c’est Jean-Luc Reichmann et autant dire qu’il n’est pas un symbole de maturité (cette vanne a été censurée suite à une plainte de la communauté homosexuelle. Pour connaître sa version originale, il faut remplacer gamin par tapette, et maturité par virilité). Mais le train a continué de rouler, ou de glisser, ou flotter j’en sais rien, je suis pas ingénieur en trucs de merde. Bref, le train a continué d’avancer, longtemps. Très longtemps. Au bout du compte, ces gens sont restés debout 20 minutes avec leurs bagages entre les jambes, à être parfois secoués et à se rattraper sur ceux qui étaient assis. Tu penses qu’ils se sont juste trompés en se levant trop tôt et qu’une fois debout, ils voulaient pas se rasseoir pour éviter de passer pour des gros cons ? Parce que rester debout 20 minutes pour rien c’est être un modèle d’intelligence ?

Ces gens-là savaient très bien ce qu’ils faisaient. La preuve en est : arrivé à la Gare de Lyon, tu as pris le RER avec une partie d’entre eux et rebelote, ils ont commencé à se lever à Maisons Alfort alors qu’ils descendaient à Melun. Pour ceux qui n’ont aucune idée de ce que ça représente, ça fait un paquet d’arrêts. Tu te demandes alors pourquoi est-ce qu’ils font ça ? Tu leur as posé la question dans le RER, mais ils t’ont fait la même esquive qu’ils font lorsqu’un mendiant vient leur gratter un ticket resto : ils ont regardé par la fenêtre jusqu’à que tu dégages. Ça, c’est parce que tu n’es qu’un simple lecteur de merde. Heureusement, Sodosopa.fr possède une ribambelle de journalistes de l’extrême qui savent user de leur notoriété pour obtenir des réponses. Et c’est sur moi que c’est tombé.

J’ai donc pris le RER puis j’ai suivi un de ces bâtards jusqu’à son travail. Il s’est révélé être agent de sécurité à Carrefour. En voyant ma carte de presse éditée sur Paint, il n’a pas hésité à se confier : « Ouais, c’est vrai que parfois je me lève de mon siège beaucoup trop tôt. Mais c’est pas bien grave, ça m’entraine pour mon métier. Je suis debout devant les caisses toute la journée, alors je suis pas à une demi-heure près. Je pense pas faire partie de ces gens que vous recherchez pour votre article, désolé. Oh jeune ! Viens là deux minutes ! Si vous le permettez, je dois aller contrôler un individu suspect à la caisse 3. Oh jeune, ouvre ta sacoche enculé. » Et il avait raison, mais ce faux positif ne m’a pas fait perdre espoir.

Dans le métro, j’ai suivi une femme qui s’est levée trois stations avant la sienne, puis une fois dans la rue je l’ai interpelée. Voici son récit : « Je me lève avant pour être sûre de pouvoir sortir. Vous avez vu le monde qu’il y a dans les rames ? C’est parfois difficile de se frayer un chemin jusqu’aux portes avant qu’elles se referment. Puis y a de plus en plus de noirs en France. » Bien que n’ayant pas compris le rapport de sa dernière phrase avec le reste, j’accepte son excuse. Elle met peut-être du temps à bouger son gros cul jusqu’à la sortie. Après tout, tout le monde n’a pas un physique d’athlète comme les journalistes de Sodosopa.fr.

Brochette de bâtards

Parce qu’en plus d’attendre debout, ils restent en plein milieu.

J’ai donc pris le TGV, sachant pertinemment qu’aucune excuse de ce style ne pourra m’être donnée car dans le train, on a tout son temps pour en sortir. Arrivé au niveau d’Aix, il restait bien 15-20 minutes (si tout se passe bien et qu’aucun village de Roms n’a été construit sur les rails durant la nuit) jusqu’à Marseille lorsqu’une dizaine de personnes se sont levés, ont pris leurs valises, et ont patienté debout proche de la sortie. J’avais spécialement fait plastiquer ma carte de presse pour l’occasion, ils n’ont donc rien pu me refuser. Voici l’explication d’un homme en costume qui semblait pourtant avoir toute sa tête : « Je me lève maintenant pour être proche de la sortie, et lorsque le train sera en gare, j’aurai pas à attendre debout que les gens me laissent m’engager dans l’allée centrale. En gros si je fais ça maintenant, c’est pour pas attendre debout comme un con plus tard ! » Le pauvre homme déblatérait des conneries plus grosses que ma queue, ce qui est vraiment énorme. J’allais mettre ça sur le dos du décalage horaire dû au trajet en train depuis la capitale, mais la version de cette jeune femme ne faisait que confirmer ses dires : « Le monsieur en costume a raison. Vous croyez qu’on a que ça à faire d’attendre debout pour sortir du train une fois qu’il est arrêté ? Non, on préfère attendre debout maintenant, quitte à ce que ce soit dix fois plus long, mais au moins on dépend pas du bon vouloir des gens à nous laisser passer ou pas. » Un vieil homme du groupe l’interrompit : « On est pas du bétail qui va attendre gentiment qu’on nous laisse sortir de l’enclos. J’ai déjà vécu ça à Auschwitz, mais y avait la rigueur allemande, c’était différent. Jamais je me laisserai faire dans un train en France. » Un jeune pris le relai : « Ils ont raison. Vous croyez que si je me lève en avance c’est parce que je suis con ? Pas du tout. Moi si je vois des gens se lever, je me lève aussi. Je suis pas un débile qui va rester assis bien sagement dans son coin jusqu’à arriver à destination. Les gens se lèvent, je me lève. Les gens cassent une vitre du train, j’en casse une. Les gens sautent en pleine marche, je saute aussi. Je suis pas un minable qui va rester bêtement à sa place. J’ai mon libre arbitre, je l’utilise. » A ce moment précis, je déchirai ma carte de presse afin de les faire taire, ce qui me prit plus de temps que prévu, j’aurais pas dû la faire plastifier. Une fois détruite, ils se mirent tous à fixer les fenêtres pour m’éviter du regard. J’avais enfin la réponse pour mon article.

DragQueen

L’avantage du sang royal.

Alors, pourquoi les gens dans le train se lèvent une heure avant d’être arrivés à destination ? La réponse est maintenant évidente : parce qu’ils ont les couilles de le faire. Pour toutes les fois où ils se sont tus quand on leur a servi de la viande trop cuite au restaurant. Pour chaque petit merdeux qu’ils n’ont pas osé remettre en place au cinéma alors qu’il n’arrêtait pas d’envoyer des messages pendant le film. Pour tous ces actes manqués, ils prennent leur revanche en s’affirmant dans le wagon. « Oui, je veux être le premier à sortir. Oui, je vais en chier beaucoup plus que si j’attendais sagement à ma place. Mais je le fais quand même, et je vous emmerde. Et je sais que ça dérange personne, c’est surtout pour ça que je me permets de le faire, parce qu’au fond je suis quand même une putain de tarlouze. »


Sodosopa.fr tient à préciser à ses salariés que les frais de transport sont à leur charge.

Mets un commentaire si t'en as une grosse.