EMILY IS AWAY 1


Emily la connasse

L’ambiguïté d’une amitié homme-femme vue au travers d’une fenêtre MSN. Voilà ce qu’est ce jeu si on peut appeler ça un jeu. Explications.


Bienvenu en 2002. Nous revoici sur ce bon vieux Windows XP, celui qui a connu Kazaa, eMule, Counter-Strike, et La Candidate. Mais il a surtout connu le service de messagerie instantanée de toute une génération : MSN. La partie démarre donc sur un ersatz de MSN, et on engage la conversation avec la petite Emily, une fille de notre lycée. C’est la fin de l’année de scolaire et à la rentrée, on sera tous dans une fac différente. Autrement dit, soit on baise Emily rapidement, soit ça sera juste une amie virtuelle.

Car c’est de ça qu’il s’agit : la friendzone. Cette situation gênante où on est ami avec une personne du sexe opposé, mais bizarrement on ne supporte pas l’idée qu’elle soit en couple avec quelqu’un car, en gros bâtard égoïste que nous sommes, on voudrait la posséder pour nous tout seul et se la faire. Alors on se fixe rapidement pour objectif de sauter Emily. On se retrouve vite à faire le bandeur, et on suit la progression de l’histoire année après année.

Je compte pas spoiler le jeu, le plaisir étant de découvrir ses réactions à chaque fois. Mais on est vraiment à fond dedans ! D’abord elle se tape Brad, alors on recommence une partie, mais cette fois elle se tape Travis. Alors on recommence encore. Puis on en vient à jouer les mecs distants puisque, après tout, on veut tout essayer. C’est ça qui est vraiment bien dans ce simulateur de notre jeunesse ratée, car combien de fois à l’époque de MSN, on s’est dit « J’aurais pas dû lui envoyer ça » ? Ça nous est tous arrivé. Emily is Away nous permet d’avoir une seconde chance, de rattraper nos actes manqués en changeant de discours. Mais que ça soit bien clair : Emily est une connasse.

Au final, pourquoi se disputer avec sa petite copine quand on peut se disputer avec son amie qui en plus n’est pas réelle ? On passe facilement 2H dessus sans se rendre compte qu’on perd son temps avec une fille qui n’existe pas car c’est juste un putain de programme informatique. Le tout est disponible gratuitement sur Steam, même pas besoin de passer par la case PirateBay, merveilleux.

Conclusion : à faire au moins une fois quand on est un homme, à refaire tous les samedis soir quand on est célibataire.


Article écrit par David de Prometheus.


Mets un commentaire si t'en as une grosse.

Commentaire sur “EMILY IS AWAY