RÉUSSIR SA CARRIÈRE DE LIVREUR DE PIZZA 1


Ceci devait être le dernier article de 2016, mais ça sera finalement le premier de 2017. On ne va pas se chercher d’excuse, c’est juste qu’on est des gros branleurs qui savent pas respecter un calendrier. Mais au moins on peut en profiter pour souhaiter à tous nos lecteurs une bonne année, et à tous ceux qui ne nous lisent pas une mort atroce. Car c’est aussi ça les fêtes de fin d’année, tendre la main à ceux qu’on n’aime pas forcément, et lever le majeur. Voici donc quelques conseils pour bien commencer 2017.

Un métier épanouissant.

Dans la vie, certaines personnes sans ambition choisissent la facilité. Elles quittent l’école prématurément et deviennent footballeurs pro pour quelques millions d’euros par an et une nouvelle groupie chaque jour. Ces gens sans rêve se contentent de peu : effectuer une tâche simple et répétitive (taper dans un ballon) jusqu’à quasiment la fin de leur vie (35 ans). Mais simplicité ne rime pas forcément avec confort : les blessures sont fréquentes et ils ne bénéficient d’aucune sécurité de l’emploi. Ce qui signifie qu’à tout moment ils risquent d’être délocalisés à Crystal Palace pour seulement 120000€/semaine. Une honte. On ne parle même pas de ceux en préretraite qu’on fout indirectement à la porte en les exilant en Chine ou au Qatar, pour à peine  le triple de leur salaire.

Mais heureusement pour l’espèce humaine, d’autres ont de l’ambition et ne se contentent pas d’une petite vie dénuée de sens, juste sous prétexte qu’elle n’est pas prise de tête ou que papa faisait la même chose de son temps. Alors ils se donnent les moyens de réussir et étudient jusqu’à leurs 25 ans, passent leur temps libre à réviser et se contentent d’une vie affective en 1080p. Puis, grâce à beaucoup d’efforts, ils parviennent enfin à obtenir le job de leurs rêves : livreur de pizza. Mais nombreux sont ceux qui une fois au sommet sont tombés de haut. Voici donc les qualités requises pour réussir sa carrière de livreur de pizza.


1) Pratiquer l’écoute active.

Exemple de client moitié chiant-moitié con.

Le job d’un livreur de pizza commence souvent en amont, au sein même de la pizzeria, lorsque le client appelle pour passer commande. Répondre au téléphone est à la portée de tout le monde, mais prendre une commande de manière parfaite relève de l’élite. C’est pour celà qu’il est important de pratiquer l’écoute active, avec également beaucoup d’empathie, et énormément de patience. Car lorsque le connard au bout du fil te demandera une 4 fromages sans fromage avec supplément lardons hallal et une bouteille de rosé offerte alors que t’as jamais eu de rosé et de toute façon faut minimum 3 pizza pour avoir un Coca gratuit, tu vas devoir garder ton calme pour pas insulter ce fils de pute avant d’avoir noté son adresse. D’ailleurs les adresses sont toujours incomplètes, et même si tu connais bien le quartier crois-moi que le portail bleu à l’entrée de Saint-Jérôme, vous savez là où y avait une boulangerie avant” c’est pas une adresse, c’est un putain de trou du cul incapable de dire où il habite.


2) Avoir le sens de l’orientation.

Quand on ne trouve pas le client, certains livreurs perdent patience.

C’est certainement la qualité requise pour être un bon livreur à laquelle les gens pensent en premier. A juste titre… si on livrait dans les années 80. Car on ne va pas se mentir, tout le monde utilise son GPS maintenant. Il n’y a aucune honte à ne pas connaître l’Impasse du Plan des Sereins, vous savez là où y avait un…” non je sais pas et je m’en branle, donne-moi juste le numéro et mon portable fera le reste. C’est pour ça qu’il était important de poser plein de questions lors de la prise de commande, car lorsque tu arrives au 18 rue de mes couilles et que tu te rends compte que c’est une putain de résidence à 50 bâtiments, tu seras bien content d’avoir eu l’idée de demander “C’est un appartement ? Quel bâtiment ? Quel numéro ? Quel étage ?” Le sens de l’orientation commence là où Google Maps s’arrête, et le bon livreur de pizza trouvera l’immeuble en question en observant les étoiles, la mousse qui pousse sur les arbres, ou le plan à l’entrée de la résidence, au choix.


3) Garder son sang froid.

J’achète pas les images sur Shutterstock, bats les couilles du quadrillage.

Car les livraisons faciles arrivent très rarement, le livreur de pizza saura garder son sang froid face aux imprévus. Le plus fréquent étant bien sûr le code du portail que le client n’a pas pensé à donner car il est tellement habitué à utiliser le bip qu’on oublie qu’y a un code à faire, ahahah désolé.” C’est pas grave ducon, c’est pas moi qui vais manger froid. On en revient donc à l’importance de noter toutes les informations capitales lors de la prise de commande. Idem lorsqu’il faut livrer une maison où les propriétaires ont pris le temps de faire un jardin, une clôture, et un portail, mais n’ont pas jugé utile d’y mettre une sonnette. Le livreur prévoyant aura pris le soin de noter le numéro de téléphone du client pour ne pas avoir à balancer des caillaisses sur sa verranda. Un dernier exemple d’imprévu, c’est lorsqu’il n’y a absolument aucun endroit pour se garer, ni même pour s’arrêter. Les livreurs en scooter trouveront facilement une parade, mais ceux en voiture devront utiliser un système hi-tech très sophistiqué qui permet au véhicule de léviter au-dessus de la route sans gêner la circulation (les warning).


4) Être aimable.

Parce qu’il est payé pour livrer avec le sourire, pas avec les mains propres.

Après tant de mésaventures, n’importe quelle personne lambda tirerait la gueule. Mais pas le livreur de pizza, qui restera toujours courtois. Donc à la question Vous avez trouvé facilement ?”, le livreur ne répondra pas “Beh non ducon tu m’as pas dit que tu vivais dans une putain de résidence, je suis censé faire tous les immeubles ?”. Et lorsque le client demandera “Vous avez la monnaie sur 100€ ?”, le livreur se retiendra de dire “Bien sûr. Car quand je livre un pizza à 7€ je me dis que ça serait prudent d’avoir 93€ de monnaie au cas où je tombe sur un gros fils de pute comme toi”. C’est avec beaucoup de self-control que se fera l’encaissement, car c’est là que le travail sera récompensé par un bon pourboire. Malheureusement, les temps sont durs et la plupart des pourboires sont payés en sourires. Le livreur de pizza s’en contentera, car il ne fait pas ça que pour l’argent. Le côté humain passe avant tout.

Alors si vous avez une formation de Bac +2 à Bac +5 et que vous êtes motivés par un métier à 8€/heure + pourboires (quand y en a) où le relationnel est mis en avant à chaque instant, devenez livreur de pizza. Toute façon, vous trouverez pas grand chose d’autre.


Ceci n’était pas un article sponsorisé par Pôle Emploi (ils ne travaillent pas pendant les fêtes).


Mets un commentaire si t'en as une grosse.

Commentaire sur “RÉUSSIR SA CARRIÈRE DE LIVREUR DE PIZZA

  • Anonyme

    Pour avoir été livreur de pizza un temps cet article est une véritable pépite de vérité. Merci pour ce début d’année.
    ps: Petite répétition des mots « le temps » partie 3 ligne 5. Au moins ça prouvera qu’on lit tout.
    Bonne continuation et bonne année à l’équipe Sodosopa.